100 jours pour ne plus faire de fautes

100 jours pour ne plus faire de fautes: JOUR 6 L’accord de l’adjectif (29-04-2017)

Faire des fautes d’orthographe, construire des phrases à la syntaxe douteuse, utiliser une forme verbale qui n’existe pas sont autant de handicaps qu’il est toujours possible de corriger. Pour cela, il suffit de prendre le temps d’identifier ses lacunes, de réviser les notions oubliées et de s’entraîner. Frenchpdf vous propose chaque jour une faute, sa correction et comment l’éviter dans l’avenir. A raison d’une leçon par jour, vous parviendrez à vous exprimer dans une langue correcte tant à l’écrit qu’à l’oral.

L’accord de l’adjectif:

Entourez la lettre de la phrase correctement écrite. 

1.
          a. Adulé par les uns, décrié par les autres,
la Callas a marqué
l’histoire de l’opéra.
          b. Adulée par les uns, décriée par les autres,
la Callas a marqué
l’histoire de l’opéra.
          c. Adulés par les uns, décriés par les autres,
la Callas a marqué
l’histoire de l’opéra.
2.
          a. Tous les opéras lui étaient ouverts grâce à
ses talents de
tragédienne réels.
          b. Tous les opéras lui étaient ouverts grâce à
ses talents de
tragédienne réelle.
3.
          a. Qui prétend que ses aigus n’ont rien
d’exceptionnels ?
          b. Qui prétend que ses aigus n’ont rien
d’exceptionnelle ?
          c. Qui prétend que ses aigus n’ont rien
d’exceptionnel ?
4.
          a. La diva a-t-elle connu ses grands-pères
paternels et maternels?
          b. La diva a-t-elle connu ses grands-pères
paternel et maternel?
5.
          a. Ses admirateurs la trouvaient sensationnel.
          b. Ses admirateurs la trouvaient
sensationnels.
          c. Ses admirateurs la trouvaient
sensationnelle.
6.
          a. Rare sont ceux qui n’ont jamais entendu sa
voix.
          b. Rares sont ceux qui n’ont jamais entendu sa
voix.
7.
          a. Son imprésario l’a accueillie les bras
large ouvert.
          b. Son imprésario l’a accueillie les bras
large ouverts.
          c. Son imprésario l’a accueillie les bras
larges ouvert.
          d. Son imprésario l’a accueillie les bras
larges ouverts.
8.
         a. Elle aura sans doute payé cher quelques
excès.         b. Elle aura sans doute payé chers quelques
excès.
          c. Elle aura sans doute payé chère quelques
excès.
9.
          a. Sur scène, la diva a toujours fait preuve
d’un enthousiasme
et d’une opiniâtreté
inaccoutumé.
          b. Sur scène, la diva a toujours fait preuve
d’un enthousiasme
et d’une opiniâtreté
inaccoutumée.
          c. Sur scène, la diva a toujours fait preuve d’un
enthousiasme
et d’une opiniâtreté
inaccoutumés.
10.
          a. Elle excellait dans les rôles de femme
tourmentée.
          b. Elle excellait dans les rôles de femme
tourmentés.
11.
          a.Les directeurs d’opéra étaient fin prêt à
la produire.
          b. Les directeurs d’opéra étaient fins prêts à
la produire.
          c. Les directeurs d’opéra étaient fin prêts à
la produire.
          d. Les directeurs d’opéra étaient fins prêt à
la produire.
Révision
CE
QU’IL FAUT SAVOIR
■ Quelles que soient sa nature (adjectif qualificatif ou
participe employé comme adjectif) et sa fonction (épithète ou attribut),
l’adjectif
s’accorde toujours en genre (masculin ou féminin) et en nombre (singulier ou
pluriel) avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte.
                    Les bons conseils restent utiles et appréciés.
                   bons (épithète) et utiles (attribut) sont au masculin pluriel
comme conseils; appréciés (attribut) est au masculin pluriel
comme conseils
Dans
certains cas, l’accord de l’adjectif peut être source d’hésitation,
car l’identification du nom ou du pronom auquel il se rapporte pose
un problème.
■ L’adjectif qui se rapporte à plusieurs noms ou pronoms
coordonnés se met au pluriel. Il est au masculin si au moins un des termes
est au masculin.
                   une tuque et un foulard tricotés
                   une tuque et des mitaines tricotées
                   Son père et sa mère sont fiers d’elle.
■ Afin de ne pas répéter un nom au singulier, il est
possible de
l’exprimer une seule fois, mais au pluriel. Dans ce cas, les adjectifs
qu’on aurait employés avec chacun des noms au singulier restent
au singulier.
                 les politiques économique et sociale (= la politique économique et la                       politique sociale)
                   aux xixe et xxe siècles (aux dix-neuvième et vingtième
siècles)

■ Lorsqu’il se rapporte à un pronom indéfini tel que rien, personne,
quelque chose ou quelqu’un,
l’adjectif reste
au masculin singulier.
                   Cette maison a quelque chose
d’exceptionnel.
(exceptionnel
est
épithète de quelque chose)
                   Personne n’est
censé faire le travail à ta place.
(censé est attribut de                       personne)
■ Lorsqu’il est dans un groupe nominal composé d’un nom
lui-même
complété par un autre nom, il faut se demander auquel des deux
noms l’adjectif se rapporte.
                   des paniers de pommes mûres (ce sont les pommes qui sont
mûres et non les
paniers)
                   des couvertures de livres plastifiées (ce sont les couvertures
qui sont plastifiées et
non les livres)
■ L’épithète détachée (appelée aussi apposition) ou
l’attribut
peuvent précéder le nom ou le pronom auquel ils se rapportent. Ils
n’en restent pas moins soumis à la règle de l’accord.
                   Seule sur scène, la chanteuse a tenu son public
en haleine.

                   Sûres de leur choix, les deux amies se lancent
dans ce projet.

                   Rares sont ceux qui y pensent.
■ L’adjectif peut être attribut d’un complément d’objet
direct. Là
aussi, il faut bien identifier le nom ou le pronom auquel il se rapporte
pour faire les bons accords (voir aussi p. 146).
                   Tâchons de rendre meilleure la vie des générations à venir.
(meilleure est au féminin singulier comme le nom vie)
■ Lorsqu’il se rapporte non pas à un nom ou à un pronom
mais à
un verbe ou à un autre adjectif, l’adjectif est employé comme un
adverbe et il est le plus souvent invariable (voir aussi p. 157).
                   Trouvons des solutions qui
nous reviennent moins
cher.
 
PENSEZ-Y !
Impossible d’écrire correctement un adjectif
si on n’a pas repéré le terme auquel il se rapporte.
AVEZ-VOUS TOUT
COMPRIS ?

 

Complétez
les phrases suivantes en accordant les adjectifs.

 

          1.
Leur amitié et leur complicité fraternel
les soudaient.
          2.
Il loue les premier et deuxième étages de
l’immeuble.
          3.
Le succès les a rendus plus sûr
d’eux-mêmes.
          4.
Comme ces lilas sentent bon !
          5.
Inquiet de mon retard, mes parents m’ont
appelé.

 

CETTE FOIS, PLUS D’ERREUR !

 

Mettez au
pluriel les mots en gras et faites les accords nécessaires.

 

          1.
Je le trouve très étourdi ces derniers temps.
          2.
Fier de ses résultats, l’élève appliqué reste assidu.
Tags

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker