Romans & Fictions

Les Vertes Collines Afrique de Ernest Hemingway PDF Gratuit

Télécharger Les Vertes Collines Afrique PDF Gratuitement

Les vertes collines d’Afrique écrit par le fameux écrivain Américain Ernest Hemingway qui est né en 1899 à Oak Park. Les Vertes Collines d’Afrique (Green Hills of Africa) est un récit autobiographique publié par l’écrivain en 1935. Le livre est un récit romancé et biographique d’un mois de safari réalisé courant décembre 1933 par l’auteur et son épouse Pauline-Marie Pfeiffer, en Afrique de l’Est, au Kenya et au Tanganyika, l’actuelle Tanzanie.

Les premières paragraphe du roman:Les Vertes Collines Afrique

Nous étions assis dans l’affût que des chasseurs wanderobos avaient construit avec des rameaux et des branches au bord du lick quand nous entendîmes le camion approcher. D’abord, il était très loin et personne ne pouvait dire ce qu’était ce bruit. Puis il était arrêté et nous espérâmes que ce n’était rien ou peut-être seulement le vent. Puis il se rapprocha lentement, sans erreur possible, maintenant de plus en plus fort jusqu’à ce que, expirant avec une décharge de sonores explosions irrégulières, il passât par-derrière, tout près de nous, pour atteindre la route. Celui des deux guides qui était cabotin se leva.

« C’est fini », dit-il.

Je portai ma main à ma bouche et lui fis signe de se rasseoir

« C’est fini », répéta-t-il, et il écarta tout grands les bras. Je ne l’avais jamais aimé et je l’aimais moins encore en ce moment.

« Après », murmurai-je. M’Cola hocha la tête. Je regardai son crâne chauve et noir et il tourna un peu le visage, de sorte que je vis les minces poils chinois aux coins de sa bouche.

« Fichu, dit-il, Hapana m’uzuri.

– Attends un peu », lui dis-je. Il courba de nouveau la tête pour la cacher derrière les branches mortes et nous restâmes là, assis dans la poussière du trou jusqu’à ce qu’il fasse trop noir pour voir le viseur d’avant sur mon fusil ; mais plus rien ne vint. Le guide cabotin était impatient et nerveux. Un peu avant l’obscurité totale, il murmura à M’Cola qu’il faisait maintenant trop sombre pour tirer.

« Tais-toi, toi, lui dit M’Cola, le B’wana peut tirer quand tu ne peux plus y voir. »

L’autre guide, celui qui était bien éduqué, donna une autre démonstration de ses talents en écorchant les lettres de son nom, Abdullah, sur la peau noire de sa jambe, avec une baguette pointue. Je l’observai sans admiration et M’Cola regarda le mot sans l’ombre d’une expression sur son visage. Au bout d’un instant, le guide l’effaça… Les Vertes Collines Afrique

Odette Toulemonde et autres histoires, Éric-Emmanuel Schmitt.

Les Vertes Collines Afrique:

Quelques extraits en texte à partir du livre Les Vertes Collines Afrique de Ernest Hemingway:

– Qu’est-ce que tuer un koudou, après tout ? demanda Kandisky. Vous ne devriez pas prendre cela tellement au sérieux. Ce n’est rien. En un an on en tue vingt. – Il vaut mieux ne pas en avertir le service de la chasse, pourtant, dit Pop. – Vous ne comprenez pas, dit Kandisky. Je veux dire qu’en un an on pourrait le faire. Naturellement aucun homme n’en aurait envie.

Nous avions quitté l’ombre du camp et, sur la rivière de sable qu’était la route, nous roulions vers le soleil couchant, la brousse épaisse jusqu’au bord du sable, était compacte comme un fourré, avec de petites collines qui s’élevaient au-dessus, et tout le long de la route nous dépassions des groupes de gens qui se dirigeaient vers l’ouest.

Du sommet d’une éminence, nous vîmes deux bubales qui se détachaient en jaune sur le flanc d’une colline, à quinze cents mètres environ, et je fis comprendre par signes à Droopy que nous allions les poursuivre.

Cliquez sur ‘Page suivante ‘pour Télécharger ce livre en ligne: Les Vertes Collines Afrique de Ernest Hemingway, et n’oubliez pas de PARTAGER avec vos amis, pour nous encourager à poursuivre.

1 2Next page
Tags

Related Articles

Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker