Poésie

Benoît de Sainte-Maure




Benoît de Sainte-Maure 1

Benoît de Sainte-Maure

Benoît de Sainte-Maure est
un poète normand ou tourangeau du xiie siècle. A été identifié avec un certain
Benoît (Beneeit) qui vivait à la cour d’Henri II Plantagenêt et qui a écrit une
Chronique des ducs de Normandie, restée inachevée.

Œuvres :

Le
Roman de Troie :

Le Roman de Troie
(1160-1170). Composé en vers octosyllabes à rimes plates, ce roman est la
principale œuvre en langue romane traitant de la guerre de Troie au Moyen Âge.
L’auteur se propose de mettre en romanz les courts récits latins de la prise de
Troie de Darès de Phrygie et de Dictys de Crète, tout en récusant la source
homérique, accusée de mensonge. On a longtemps tenu pour acquis que l’œuvre
avait été dédiée à Aliénor d’Aquitaine et commandité par elle à cause de
l’hommage rendu par l’auteur à une riche dame de riche rei. Or ce patronage est
remis en question : la formule est vague et peut autant faire allusion à la
Vierge qu’à Aliénor ou à toute autre reine susceptible de vouloir commanditer
et rémunérer l’auteur. Ce poème a été publié, avec une Étude, par Aristide Joly
(in-4, 1870) et en 1904-1912 par Léopold Constans (disponible sur Gallica).

L’Estoire
des Ducs de Normandie :

L’Estoire des Ducs de
Normandie (1175), commandée par le roi d’Angleterre Henri II, puise ses sources
de chroniqueurs tels que Guillaume de Jumièges, Guillaume de Poitiers, Dudon de
Saint-Quentin et Wace. Il adopte de Dudon de Saint-Quentin la tripartition de
la société féodale. Cette chronique a été publiée par Francisque Michel (3
volumes, in-4, 1836-1844).

Ressources : 1 , 2 .


Note: Ce document numérique vous est offert par FrenchPDF. Il est destiné à une utilisation strictement personnelle et ne peut en aucun cas être vendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité